Rétine et pupille

Je perds la vue chaque jour de façon sournoise et fugace.

Si la lumière s’étiole contre des murs noirs de crasse,
Je garde la grâce de ces femmes qu’on enlace dans des draps plein de strass.
   
Si tout devient diaphane dans un tunnel sans espace,
Mon cœur rayonne d’Amour dans nos vies faites de glace.

Si les ténèbres font peur et sans cesse menacent,
Je combats les angoisses et négocie sans faste.

Ma canne libère mon corps de ses tentions néfastes et guide l’énergie du chemin que je trace.

Ces sillons abyssaux ne sont pas que fantasmes, je laboure chaque jour pour que dure la grâce.

 

                                                                                               CHANTAL